Musicaliser la langue : le flow et la voix dans le rap

 

 

Argumentaire:

Les rappeurs (MCs) renvoient souvent à leurs propres performances vocales par le terme de « flow », qui désigne la façon dont elles ou ils articulent et font sonner la langue. Cette notion entrecroise des questions de rythme musical, de cadence prosodique, d’accentuation, de timbre et de hauteur vocale, autant que d’autorité et de subjectivation. Il s’y joue donc une association spécifique du verbal et du vocal qui, parce qu’elle ne s’embarrasse pas d’une correspondance clairement mesurable entre le langage musical et le langage verbal, permet des nuances et des effets subtils. Il nous semble que l’étude du flow permettrait de penser l’association musicale et verbale au sein de l’art de la ou du MC, à condition de nous donner les moyens de mobiliser des outils d’analyse aussi bien littéraires (thématiques, prosodiques) que musicaux, de rythme, de timbre ou de hauteur. C’est à une réflexion sur les outils d’analyse nécessaires à l’étude du flow que nous souhaitons nous consacrer, en évitant le double piège d’un réductionnisme technique et d’un impressionnisme métaphorique.

Une première piste serait d’abord d’écouter les discours des MC, souvent prolixes quant aux qualités de leur flow et/ou de leur voix, notamment dans les morceaux de type egotrip. Il s’agirait alors de comprendre quelles sont les caractéristiques sonores mises en évidence, et de se demander s’il apparaît là un système de valeurs esthétiques partagé. Très souvent, en contrepoint de « mon flow », il y a « leur flow », celui des rivaux et rivales, qui n’est pas à la hauteur, qui manque de souplesse ou d’originalité… Il pourrait également être intéressant de se tourner vers le monde des fans et autres « rap nerds » qui participent également, au fil de longues discussions sur des médiums variés (forums en ligne, chaînes youtube, podcasts), à la constitution d’un consensus toujours temporaire et partiel autour de ce qui fait un bon flow, de quel type de flow est « frais » ou au contraire totalement dépassé.

Une seconde piste de réflexion pourrait proposer des études de cas, et ce à deux échelles : celle de l’individu, dont le flow est la signature vocale, et celle du groupe défini de diverses manières (régional, générationnel, genré, par sous-genre rapologique). On peut se proposer d’analyser le flow d’un ou d’une rappeur.se. Il s’agirait peut-être, dans un premier temps, d’isoler les différents caractères du flow, c’est-à-dire de proposer des analyses rythmiques, qui confronteraient accents prosodiques et accents musicaux du beat ou s’attacherait à analyser les variations rythmiques du flow dans un même morceau (accélérations, ralentissements, ruptures), ou des analyses de voix, et notamment des variations de timbres ou hauteurs proposées par certain.es rappeur.ses. Ces différentes caractéristiques sonores pourraient être mises en relation avec les postures énonciatives variées. Ce travail associerait les méthodes mises au point par des musicologues depuis quelques années (Adams 2008, 2009, 2015, Condit-Schultz 2016, Duinker 2019-2020, Komaniecki 2017, 2020, Migliore 2020, Ohriner 2016, 2019) avec l’étude du contenu verbal et de l’ethos construit en discours.

On pourrait aussi essayer de comprendre comment le flow permet aux rappeur.ses de construire un ethos, voire une scénographie qui multiplie, dans le temps court du clip, les personnages. Parce que le flow est lié aux caractéristiques physiques de la voix, il implique le corps des rappeur.ses et la façon dont les MC le mettent en scène : nombreux.ses sont celles et ceux qui pratiquent différents flows pour donner à entendre plusieurs personnages, jouant notamment sur les hauteurs des voix pour signifier des personnages masculins ou féminins, dans une optique plus ou moins caricaturale. Les flows peuvent également prendre appui sur des marqueurs vocaux associés à certains groupes sociaux. Certains sous-genres (par exemple le nerdcore) jouent même à retourner le stigmate d’une voix et d’un accent largement perçus comme antinomiques avec l’univers du hip-hop pour en faire un parti-pris esthétique. De plus, à travers le flow, le corps est aussi le lieu d’une expérimentation musicale et peut se voir augmenté par des machines ou des accessoires : on pense à l’adjonction de prothèses dentaires/grills qui influent sur la prononciation, ou à l’usage de l’autotune susceptible de conférer à la voix une couleur mécanique.

On pourrait aussi imaginer des études diachroniques de l’évolution du flow  – et des critères à travers lesquels on l’évalue – dans le rap francophone, anglophone ou autre, qui permettrait d’historiciser la notion ; des réflexions sur la façon dont un flow (old school, mumble rap, etc.) devient emblématique d’une époque et d’une génération (Mahiou 2021) ; ou dont un flow peut être le marqueur, non seulement d’un individu, mais d’un groupe, d’une région (flow du Sud des États-Unis, « Philly flow »), d’une identité de genre voire d’un crew (le flow Time Bomb, le flow rétro de l’Entourage/1995…). Cette réflexion, dans l’esprit de l’ethnopoétique (Vettorato 2008, 2013) et des travaux récents sur l’aspect performatif et esthétique du rap (Carinos et Hammou 2020, Nachtergael 2021), situerait ainsi le flow à la croisée d’une pensée du style individuel et des pratiques culturelles saisies dans leur dimension collective.

 

Bibliographie:

      • Kyle Adams, « Aspects of the Music/Text Relationship in Rap », Music Theory Online, vol. 14, n° 2, mai 2008.
      • __________, « On the Metrical Techniques of Flow in Rap Music », Music Theory Online, vol. 15, n° 5, octobre 2009.
      • __________, « The musical analysis of hip-hop », The Cambridge Companion to Hip-Hop, dir. Justin Williams, Cambridge, Cambridge University Press, 2015, p. 118-134.
      • Samy Alim, Roc the Mic Right. The Language of Hip Hop Culture, Londres et New York, Routledge, 2006.
      • _________, « On Some Serious Next Millennium Rap Ishhh: Pharoahe Monch, Hip Hop Poetics, and the Internal Rhymes of Internal Affairs », Journal of English Linguistics, mars 2003, p. 60-84.
      • Adam Bradley, Book of Rhymes. The Poetics of Hip-Hop, New York, Basic Civitas, 2009.
      • William Jelani Cobb, To the Break of Dawn, New York, New York University Press, 2007.
      • Nathaniel Condit-Schultz, « MCFlow: A Digital Corpus of Rap Transcriptions », Empirical Musicology Review, vol. 11, n° 2, 2016, p. 124-147.
      • Martin Connor, The Musical Artistry of Rap, Jefferson, McFarland, 2018.
      • Benjamin Duinker, Diversification and Post-regionalism in North American Hip-Hop Flow, thèse de doctorat, Université McGill (Canada), 2020 (en ligne).
      • ________________, « Good things come in threes: triplet flow in recent hip-hop music », Popular Music, vol. 40, n°2, Cambridge, Cambridge University Press, 2019, p. 423 – 456.
      • Jacob Gran, « Two Corpus-Based Approaches to Rap Flow », Empirical Musicology Review, vol 11, n° 2, 2016.
      • Aurko Joshi et Macklin Smith, Rhymes in the Flow: How Rappers Flip the Beat, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2020.
      • Oliver Kautny, « Lyrics and flow in rap music », The Cambridge Companion to Hip-Hop, dir. Justin Williams, Cambridge, Cambridge University Press, 2015, p. 101-117.
      • Robert Komaniecki, « Analyzing Collaborative Flow in Rap Music », Music Theory Online, vol. 23, n° 4, 2017.
      • _______________, « Vocal Pitch in Rap Flow », Integral, n°34, 2020, p. 25-45.
      • Idir Mahiou, « Du flow binaire au flow polyrythmique, ‘de la rime scolaire à la rime rappeuse’ : une histoire des performances formelles dans le rap en France de Chagrin d’amour à Ärsenik », Itinéraires, 2020-3, dir. Magali Nachtergael, 2021.
      • Olivier Migliore, « La prosodie musicale des premiers rappeurs français : a musical prosody with attitude », Perspectives esthétiques sur les musiques hip hop, dir. Emmanuelle Carinos et Karim Hammou, Marseille, Presses universitaires de Provence, 2020, p. 209-226.
      • Olivier Migliore et Nicolas Obin, « Quelques éléments de flow dans le rap français des débuts (1984-1991) », Volume !, vol. 16 n° et 17 n°1, 2020, p. 163-181.
      • Mitchell Ohriner, Flow: The Rhythmic Voice in Rap Music, Oxford, Oxford University Press, 2019.
      • Mitchell Ohriner, « Metric Ambiguity and Flow in Rap Music: A Corpus-Assisted Study of Outkast’s “Mainstream” (1996) », Empirical Musicology Review, vol 11, n° 2, 2016, p. 153-179.
      • Mitchell Ohriner, « Rhythm in contemporary rap music », The Cambridge Companion to Rhythm, dir. Russell Hartenberger et Ryan McClelland, Cambridge, Cambridge University Press, 2020, p. 196-214.
      • Jeremy Page, « Flowprints: A revised method for visualising flow in rap », Journal of New Music Research, vol. 48, n° 2, mars 2019, p. 180-195.
      • Alexs Pate, In the heart of the beat : the poetry of rap, Lanham, Scarecrow Press, 2010.
      • William E. Smith, Hip Hop as Performance and Ritual: Biography and Ethnography in Underground Hip Hop, Bloomington, Trafford Publishing, 2006.
      • Cyril Vettorato, Un monde où l’on clashe. La joute verbale d’insultes dans la culture de rue, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2008.
      • Cyril Vettorato, « Le rap ou la démesure de la mesure », Cahiers de littérature orale, n°73-74, 2013
      • Adam Waller, Rhythm and Flow in Hip-Hop Music: A Corpus Study, thèse de doctorat, Université de Rochester (États-Unis), 2016.
      • Michael Waugh, « ‘Every time I dress myself, it go motherfuckin’ viral’: Post-verbal flows and memetic hype in Young Thug’s mumble rap », Popular Music, vol. 39, n°2, 2020, p. 208-232.
      • Justin Williams, « Beats and Flows: A Response to Kyle Adams, “Aspects of the Music/Text Relationship in Rap” », Music Theory Online, vol. 15, n° 2, juin 2009.
      • Alyssa Woods, Rap vocality and the construction of identity, thèse de doctorat, Université du Michigan (États-Unis), 2009.
  •  

Appels à contribution

 

Colloque international, 18 et 19 novembre 2022

Université Paris Cité (Grands Moulins)

Colloque organisé par Marion Coste (Héritages, Cergy Paris Université), Hector Jenni (Thalim, Université Sorbonne Nouvelle) et Cyril Vettorato (CERILAC, Université Paris Cité).

 

Appel à contribution:

Les propositions de communication, de 300 mots environ, en français ou en anglais, suivi d’une notice biobibliographique, sont à envoyer avant le 30 juin 2022 à marion.coste@cyu.fr,  hector.jenni@sorbonne-nouvelle.fr et cyril.vettorato@u-paris.fr.

Les personnes dont les propositions auront été retenues seront informées le 4 juillet 2022.

 

Voir l’argumentaire.

Comment l’épopée traditionnelle rencontre le public contemporain

 

 

Il s’agit de la troisième journée « Épopées » coorganisée par Florence Goyet et Jean-Luc Lambert. Les deux premières ont donné lieu à des publications, respectivement L’épopée, un outil pour penser les transformations de la société dans le numéro 45 des Études mongoles & sibériennes, centrasiatiques & tibétaines (https://journals.openedition.org/emscat/2265) et Auralité : changer l’auditoire, changer l’épopée dans la troisième livraison du Recueil ouvert du Projet Épopée (http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/revues/projet-epopee/256-auralite-changer-l-auditoire-changer-l-epopee)

 

Pour cette troisième journée, l’idée a été de réunir des jeunes docteurs qui ont tous en commun un sujet fondamental, qu’ils abordent de manières différentes en raison des terrains très éloignés sur lesquels ils travaillent (de l’Altaï au Sénégal en passant par l’Iran) ou de leurs approches (en particulier anthropologie et/ou littérature comparée).

 

Tous ont en effet recueilli des chants épiques, et ont été confrontés à de nouveaux canaux de transmission de l’épique traditionnel. Il nous a donc semblé intéressant qu’ils puissent se rencontrer, et cela afin de travailler ensemble sur le medium, et son impact sur l’épique.

 

Nos Oralistes intervenant dans cette manifestation:
 
      • Monire Akbarpouran
      • Ursula Baumgardt
      • Julien Bruley
      • Jean Derive
      • Florence Goyet
      • Clément Jaquemoud
      • Jean-Luc Lambert
 
 
 

 
 
Le programme de la journée:
 
 
 

Nicole REVEL

 

Nicole REVEL
Directeur de recherche émérite au CNRS
Eco-Anthropologie UMR 7206, MNHN-CNRS, site du Musée de l’Homme, Place du Trocadéro, Paris.

palawan.nicole@gmail.com

nicole.revel@mnhn.fr

Téléphone : +33 618 63 69 84
Langue de l’oralité et pays Pala’wan, sinama, ifugao ; Philippines.
Discipline et domaine de recherche

Ethno-science. Ethno-sémantique, ethno-poétique, rhétorique. 

Anthropologie de la voix. Littératures de la voix en Asie du Sud-Est. Herméneutique de récits chantés (épopées ou ballades).

Mots-clés

Asie du Sud-Est insulaire. Langues austronésiennes, taxinomies, mythologies (plantes, animaux), représentations, animisme, agentivité, mémoire.

Divers genres du discours (épopées en particulier,  macrostructure des compositions) ; timbre de voix.
Travaux (5 titres se rapportant à l’oralité)

2021, “Word Music”Ilanän Raiding and Oral Memory in Pala’wan Highland Culture, Kuala Lumpur, 15 p.

2021, in collaboration with Deirdre Bolger, (in Press), “Ulit, A Shamanic Healing Ritual Following the Commemoration of the Master of Flowers, Tämwäy ät Ämpuq ät Burak, in Palawan Highlands. Dialogism, Polyglossy, Plurivocality, Spectral Analysis”, MUSIKA Journal, College of Music, U.P. Philippines, 30p.
2017, « Digital Humanities for the Sama Dilaut. A joint Venture »,  Perspectives on Bajau/Sama Diaspora, in Mohd. Anis Md Nor (ed.), [International Conference and Lepa Festival], Tun Sakaran Museum, Sabah Museum Monograph Volume 13, Kota Kinabalu, Sabah, Malaysia, Ch 3., pp. 25-36., 4 graphs.
2017, “How Can An Epic Be Reliable for the Historian?” “Mindanao History in the Context of National History”, in Journal of History, LXIII ,January-December 2017, Philippine National Historical Society, Inc., edited by Rolando O. Borrinaga (Issue Editor) and Bernardita Reyes Churchill (Executive Editor), pp. 109-132.

2017, Pala’wan Verbal Arts. A Living Memory in South-Esat Asia / Les Arts de la Parole des Montagnards Pala’wan. Une Mémoire vivante en Asie du Sud-Est, Geuthner, [ouvrage multimédia trilingue (Pal/Fr/Engl), 316p, 10 DVD Roms ].

Travaux en cours 2021, (en collaboration avec Deirdre Bolger), «L’art vocal de deux aèdes pala’wan en Asie du Sud-Est insulaire. Contextes relationnels, intentionnalités et expressions artistiques », Cahiers  d’Ethnomusicologie, Genève, 25p.
Date et rédacteur de la fiche

Le 14 Septembre 2020

Nicole Revel

Micheline GALLEY

 

Prénom NOM Micheline GALLEY
Fonction Directeur de recherche honoraire
Université et/ou Institut de recherche Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), Paris
Coordonnées (mail ; téléphone si souhaité)

michelinegalley@orange.fr

+33 1 45 26 75 47
Langue de l’oralité et pays  
Discipline et domaine de recherche  
Mots-clés  
Travaux (5 titres se rapportant à l’oralité) 1971, Badr az-Zîn et six contes algériens, Paris, Karthala, 287 p. [Classiques Africains n° 11. Réédité en 1994].
1983, (en coll. avec A. AYOUB), Histoire des Beni Hilal et de ce qui leur advint dans leur marche vers l’Ouest, Paris, Karthala, 354 p. [Classiques Africains n° 22].
1990, « De l’oral à l’écrit. Une difficile fidélité », Cahiers de Littérature Orale, N° 28, pp. 13-29.
1994, (en coll. avec Z. IRAQUI-SINCEUR), Diab, Jha, La’āba… le triomphe de la ruse, Paris, Karthala, 251+64 p. [Classiques Africains n° 26].
1994, Maria Calleja’s Gozo. A Life History, Utah State Univ. Press & Paris, Unesco pub., 245 p.
2003, Le Figuier Magique, Paris, Geuthner, 294 p. + CD.
2010, La sibylle de l’Antiquité à nos jours, Paris, Geuthner, 205 p.
2016, (en coll. avec Z. Iraqui-Sinceur), Florilège de Littérature orale marocaine, Paris, Geuthner, 678 p.
Travaux en cours  
Date et rédacteur de la fiche

15/10/2020

Micheline Galley

Melinda RÉZMŰVES

 

Prénom NOM Melinda RÉZMŰVES
Fonction

Conservatrice de musée

Ex-responsable de la section d’ethno de Cigány Ház-Rromano Kher (service culturel et social rrom de la mairie de Budapest)
Université et/ou Institut de recherche

Hodászi Roma Tájház

Kossuth u. 68/12 Hodász
Coordonnées (mail ; téléphone si souhaité)

vajda.melinda92@gmail.com

+00.36-706.757.539

www.romatajhaz.hu
Langue de l’oralité et pays Langue et patrimoine des Rroms ; Hongrie
Discipline et domaine de recherche Ethnologie, muséologie, ethnotextes, folklore
Mots-clés Rrom, rromani, tradition, musée, culture orale, héritage rrom, folklore
Travaux (5 titres se rapportant à l’oralité) 1997, Rogozsána – méges kigyó [le motif de l’empoison­nement par un serpent]. In: Amaro drom. Nr 2. Budapest – pp. 26-32.
1999, (avec Marcel Courthiade et Rajko Đurić), Rromane garadune lava : Roma találós kérdések : Rromani riddles. Budapest : Cigány Ház-Romano Kher.
2000, Pal o Šlajferitika roma. In: Amaro drom, Nr 2. Budapest – pp. 24–25.
2001, Le sapesqi gili (rromano fokloro). Budapest. 66 p. + 2 CD.
2006, O ćorro rrom thaj o bòrzo – Rromane paramići. Budapest – 132 p. + 3 CD.
Travaux en cours Patrimoine culturel rrom du comté de Nyír-Szatmár (Szabolcs-Szatmár-Bereg – Hongrie) – Rojet « Minrikle »
Date et rédacteur de la fiche

29/11/2020

Marcel Courthiade

Melinda Rézműves

Lee HARING

 

Prénom NOM Lee HARING
Fonction Professor Emeritus of English
Université et/ou Institut de recherche Brooklyn College of the City University of New York
Coordonnées (mail ; téléphone si souhaité)

leeharing67@gmail.com

1 845 247 0263
Langue de l’oralité et pays Malagasy / French; Madagascar
Discipline et domaine de recherche Oral literature, folklore
Mots-clés folktale, proverb, riddle, creolization
Travaux (5 titres se rapportant à l’oralité) 1982, Malagasy Tale Index, Helsinki, Suomalainen Tiedekatemia, 505 p.
1992, Verbal Arts in Madagascar : Performance in Historical Perspective, Philadelphia, University of Pennsylvenia Press, 246 p.

1992, Collecting Folklore in Mauritius, Moka (Maurice), Mahatma Gandhi Institut, 58 p.

2007, Stars and Keys Folktales and Creolization in the Indian Ocean, Bloomongton and Indianapolis, Indiana University Press, 413 p.
2013, How to Read a Folktale: The Ibonia Eoic from Madagascar, Cambridge, Open book Publishers, 164 p.
Date et rédacteur de la fiche

15/11/2020

Lee Haring

Roberte HAMAYON

 

Prénom NOM Roberte HAMAYON
Fonction Professeur honoraire
Université et/ou Institut de recherche École Pratique des Hautes Etudes (EPHE), Paris Sorbonne
Coordonnées (mail ; téléphone si souhaité) nicrob.devauxhamayon@orange.fr
Langue de l’oralité et pays Bouriate
Discipline et domaine de recherche

Anthropologie, linguistique

Populations mongoles (Sibérie, Mongolie, Chine)
Mots-clés Epopée, chamanisme, rituel
Travaux (5 titres se rapportant à l’oralité) 1990, La chasse à l’âme. Esquisse d’une théorie du chamanisme sibérien (1988), Université de Paris X Nanterre, Société d’ethnologie, 879 p.
2012, Jouer. Étude anthropologique à partir d’exemples sibériens, Paris, La Découverte, 2012, 376 p. [coll. Bibliothèque du MAUSS].
2011, Le genre épique bouriate. Du rôle rituel réel du « modèle » chanté au rôle politique rêvé d’un héros montré, in Ève Feuillebois-Pierunek (dir.), Épopées du monde. Pour un panorama (presque) général, Paris, Classiques Garnier, pp. 227-245.
2014, « La “tradition épique” bouriate change tout en étant facteur de changement, Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines n° 45 [En ligne]
2016, Une figure pour le Ciel ? ou De la difficulté de construire une « religion nationale », Monique Jeudy-Ballini, Le monde en mélanges. Paris, CNRS Éditions, pp. 95-116.
2017, Quand un héros finit par effacer l’épopée qui l’a créé. L’actuel Geser bouriate est-il encore un héros épique ? Katia Buffetrille et Isabelle Henrion-Dourcy (dir.), Musique et épopée en Haute-Asie. Mélanges offerts à Mireille Helffer à l’occasion de son 90e anniversaire, Paris, l’Asiathèque, pp. 141-150.
Date et rédacteur de la fiche

08/11/20

Roberte Hamayon

Florence GOYET

 

Prénom NOM Florence GOYET
Fonction PR Littérature Générale et Comparée
Université et/ou Institut de recherche Université Grenoble Alpes
Coordonnées (mail ; téléphone si souhaité)

florence.goyet@univ-grenoble-alpes.fr

http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/programmes/projet-epopee)
Langue de l’oralité et pays Je m’intéresse à l’auralité (l’oralité du point de vue de la réception) et à son influence sur l’épopée ancienne et moderne, en particulier les épopées homériques et les épopées médiévales françaises, germaniques et japonaises
Discipline et domaine de recherche Littérature générale et comparée
Mots-clés Épopée, auralité, polyphonie, politique, littérature populaire
Travaux (5 titres se rapportant à l’oralité)

Le Projet Épopée

(http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/programmes/projet-epopee) offre :

– une bibliographie comparatiste : actuellement 600 titres publiés depuis 1997 en six langues ; 120 thèses en français ; 50 sites dédiés.

– une plateforme de publication, le Recueil ouvert : dossiers sur l’épopée ancienne et contemporaine ; panorama de la critique dans le monde ; présentations de thèses et travaux en cours. Ne pas hésiter à proposer article ou description de vos travaux.
2006, Penser sans concepts ; Fonctions de l’épopée guerrière, Patis, Champion.
2013, “Changing Worlds: Can Fan Culture ‘work’ as Epic?” – (ou comment imaginer l’auralité contemporaine), communication au colloque international Practices of World Building International Conference, Concordia University, Montréal, June 6-7, vidéo en anglais sur http://arthemis-cinema.ca/fr/content/changing-worlds-can-fan-culture-work-epic.
2014, (dir.), en collaboration avec J.-L. Lambert et Ch. Stépanoff : Épopée et millénarisme : transformations et innovations, n° 45, EMSCAT (Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines)

2014, « De l’épopée canonique à l’épopée “dispersée” » : à partir de l’Iliade ou des Hōgen et Heiji monogatari, quelques pistes de réflexion pour les textes épiques notés », in Épopée et millénarisme: transformations et innovations, EMSCAT, 45

2017, En collaboration avec J.-L. Lambert : Auralité : changer l’auditoire, changer l’épopée, vol. 3 du Recueil Ouvert du Projet Épopée
Travaux en cours Juin 2021, Projet Épopée et EPHE-CEMS (Centre d’Études Mongoles et Sibériennes) : TABLE RONDE « Comment l’épopée traditionnelle vivante rencontre le public contemporain ? Mediums, stratégies et transformations », autour de l’obsolescence des moyens de transmission classiques (Kirghizistan, Sibérie, Sénégal, Guinée, Iran…), Maison des Sciences de l’Homme, juin 2021.
Date et rédacteur de la fiche

1/11/2020

Florence Goyet
WordPress et site Oralités du monde - hébergé par Huma-Num © 2020